Cyril Granon, fidèle lieutenant de l'ACA

Le plus capé après Johan Cavalli

Il est l’un des joueurs les plus capés de l’histoire du club ! Cyril Granon a évolué 210 reprises sous le maillot acéiste en National, Ligue 2 et Ligue 1 entre 1997 et 2004. Fidèle durant 7 saisons à Ajaccio, le milieu de terrain, bien que vivant à Aix-En-Provence, a gardé des liens forts avec la ville et la Corse. 

La montée, un moment magique

Cyril après 7 années au club, gardez-vous toujours des liens forts avec la Corse?
Ma femme est Corse, mon enfant est né en Corse. J’ai de fortes attaches avec l’Ile de Beauté. Quand je me remémore Ajaccio je pense à immédiatement à l’ACA, à Michel Moretti et à tous ces moments immenses que j’ai vécu sportivement. Même les moments moins faciles me restent gravés. Chaque fois que j’ai la chance de revenir en Corse je viens à Timizzolu, ce lieu qui a bien évolué depuis mon passage.

Quel est votre souvenir le plus fort avec l’ACA?
La montée en Ligue 2 en 1998 puis en Ligue 1 en 2002 resteront à jamais deux moments exceptionnels dans ma carrière de professionnel. La première c’était le retour du club dans le monde professionnel, tout un symbole. Et la seconde c’était la folie, nous n’étions pas prédestiné à monter je pense mais cette réussite était le fruit d’un groupe soudé. C’est la force d’un collectif qui nous a permis de décrocher le titre. Toute la population avait défilé dans les rues de la ville, c’était magique ! Ces moments de vie m’ont marqué et on en parle souvent entre anciens joueurs.

Vous avez connu le derby ajaccien de 1998, quelles sont les clés pour remporter un derby?
1997-1998, c’est la saison où l’ACA a repris le dessus sur le GFCA qui était une référence dans le monde amateur. Pour remporter un derby, il faut supporter la pression car elle est très forte, il y a une attente de la part de votre entourage, des supporters et des médias aussi. Cette gestion est très importante, il faut garder la tête froide, ne pas baisser les bras et se préparer au combat car ce sont des matchs engagés. Cela se joue sur des détails, il faut donc se montrer précis. L’envie de gagner doit être supérieure à celle de l’adversaire pour être lucide et marquer des buts.

L'ACA règne sur Ajaccio depuis 1998

On imagine votre favori pour le derby ajaccien 
Je reste un supporter du club! Je regarde toujours l’ACA. Dès que je retourne à Ajaccio je monte au stade François-Coty. J’espère que le derby d'Ajaccio restera à la hauteur de l’image de la ville qui possède aujourd’hui deux clubs professionnels, et de la Corse car sur l’île on sait bien faire les choses. J’espère surtout que l’ACA gagne à chaque fois.

Aujourd'hui, vous êtes depuis peu le nouveau directeur sportif du Pays d’Aix FC, parlez-nous de ce projet
Nous nous sommes lancés dans un très grand projet: faire de la formation tout en faisant évoluer le club d’Aix en fédérant autour de lui. Je suis chargé de mettre en place un projet sportif commun à toutes nos catégories. C’est une aventure qui demande beaucoup de temps et d’investissement. Nous en sommes au tout début mais le projet avance positivement. J’espère que nous aurons du soutien et que notre club sera digne de ce nom avec un niveau correct.

Autres publications

Newsletter